À propos du développement langagier
Par Dr. Bettye M. Caldwell
Vous connaissez probablement le jeu des 20 questions, n’est-ce pas? Cette année seulement, des parents m’ont posé plus de 20 questions concernant le développement de la parole et du langage chez l’enfant. C’est pourquoi le titre de cet article « 20 réponses sur le développement du langage » semble approprié, car il traite de ces questions et de ces préoccupations des parents.

Dans un autre article que j’ai récemment écrit pour ce site, « In So Many Words » (en anglais), je tentais de rassurer les parents dont les enfants présentaient des retards au niveau du développement du langage en leur rappelant que l’âge auquel les enfants atteignent certains stades dans l’apprentissage du langage peut grandement varier. L’âge «moyen» n’est pas tout ce qui compte.

Dans cet article, je vous décris 20 méthodes pour favoriser le développement du langage chez les jeunes enfants. Pour ce faire, j’ai adapté une présentation que moi et une amie et collègue, le Dr Alice Honig de l’Université de Syracuse, avons présenté à une réunion de la National Association for the Education of Young Children, il y a de cela quelques années. À cette réunion, nous adressions ces suggestions aux enseignants, mais elles concernent encore plus les parents. Elles vous seront pratiques, que votre jeune enfant soit en retard, dans la moyenne ou en avance au niveau de son développement du langage.

Examinons maintenant nos 20 réponses.

1) Lorsque votre enfant produit des sons, répondez-lui par des sons, et lorsqu’il parle, parlez-lui. Lorsque votre bébé gazouille, répondez-lui par des sons. Vous pouvez aussi parfois répondre comme si vous compreniez exactement le sens de son gazouillis : «Ah, tu veux sortir de ton berceau, n’est-ce pas?» Ou vous pouvez simplement produire des sons amusants.

2) Trouvez chaque jour du temps pour vous asseoir et parler à votre bébé. Les soins à prodiguer à un bébé prennent tellement de temps qu’il est parfois difficile de trouver quelques instants pour simplement lui parler. D’autre part, certains parents se sentent ridicules de parler à un bébé. Mais il s’agit d’un type d’interaction très important. Placez bébé de façon à ce que votre visage soit près du sien et dites-lui tout ce qui vous passe par l’esprit. Assurez-vous de lui laisser la chance de vous «répondre».

3) Parlez clairement. La plupart des gens marmonnent bien souvent. En outre, nous sommes souvent environnés de plusieurs sources de bruit en même temps (sécheuse, lave-vaisselle, radio, téléviseur, conversations au téléphone). Un excès de bruit nuit à l’apprentissage du langage.

4) Associez vos mots à des actions. Faites des gestes lorsque vous parlez à votre jeune enfant. Associez l’action aux mots que vous prononcez. «Je vais aller te chercher un biscuit dans l’armoire.» (Pointez vers la direction de l’armoire alors que vous marchez.)

5) Nommez les objets et les actions devant bébé. Un parent doit parfois agir comme un journaliste présentant son reportage. Décrivez à bébé ce que vous faites tout au long de la journée. «Je vais enlever ces vêtements, puis nous allons aller au magasin.» Mettez l’accent sur certains mots-clés.

6) Aidez votre enfant à communiquer en faisant des gestes. Dès que votre bébé peut se tenir assis devant vous, jouez ensemble à des jeux, par exemple se taper dans les mains au son d’une comptine. Lorsque votre enfant est un peu plus vieux, jouez à des jeux de rôle en faisant des gestes. Lorsque vous retirez votre tout-petit de son siège d’auto, soulevez-le avec vos bras et dites-lui «tu grandis tellement que je n’arrive plus à te retirer de ton siège d’auto». En passant, certains spécialistes du langage pensent que l’on devrait apprendre le langage des signes aux très jeunes enfants. Il s’agit d’une idée plutôt intrigante.

7) Utilisez parfois le même niveau de langage que votre enfant. Il ne s’agit pas de vous limiter à utiliser un langage enfantin ni de vous exprimer seulement au moyen de courtes phrases. Par exemple, si bébé commence à appeler sa grand-mère «Graman», utilisez également ce mot de temps en temps. Mais utilisez également des mots normaux d’adulte, car il est important d’exposer les jeunes enfants à un langage adulte clair.

8) Dans vos conversations, aidez votre enfant à apprendre à penser. Dites des choses qui vont l’amener à réfléchir ou à se souvenir. «Où as-tu laissé ton chandail?» «Nous allons passer du temps dehors avant d’aller dîner. Va chercher ton chandail.» De telles phrases aident l’enfant à utiliser sa mémoire et à lui montrer la séquence temporelle des activités.

9) N’oubliez pas les verbes, qui correspondent aux muscles du langage. On peut facilement supposer que si son enfant a appris suffisamment de noms, il maitrisera le langage. Mais la complexité du langage exige une utilisation sophistiquée des verbes. Si vous dites à votre enfant «Nous allons faire une promenade maintenant», mettez l’accent autant sur le verbe «allons» que sur le mot «promenade».

10) Dès que l’enfant a 12 mois, posez-lui beaucoup de questions. Rien ne stimule plus la pensée qu’une question; votre enfant ne peut répondre à une question sans penser à ce qu’il va dire. À mesure qu’il grandit et qu’il s’exprime de plus en plus verbalement, répondez à ses questions par une question de votre cru. Veillez à ce que certaines de vos questions offrent plusieurs réponses possibles plutôt qu’une seule. Par exemple, lorsque vous lisez un livre, faites une pause et demandez à votre enfant «Que penses-tu que la petite fille va faire maintenant?»

11) Aidez votre enfant à développer son écoute et à observer. Attirez son attention sur les aspects intéressants du paysage lorsque vous vous promenez avec lui en voiture. Évitez d’avoir une radio ou un appareil audio constamment allumé près de votre enfant; encouragez-le à faire jouer des morceaux seulement lorsqu’il a envie de les écouter.

12) Veillez à exposer votre enfant à des expressions joyeuses et positives du langage. Parfois, certains enfants n’entendent surtout que des mots et expressions à connotation négative : «Tais-toi.» «Descends de là.» «Ne frappe pas ton frère.» Si les mots que vous utilisez pour vous adresser à votre enfant ont pour la plupart un caractère déplaisant, ne vous étonnez pas s’il n’a pas envie de parler.

13) Aidez votre enfant à exprimer ses sentiments et à apprendre les mots nécessaires pour le faire. «Te sens-tu triste aujourd’hui?» «J’ai l’impression que tu es très en colère.» «Je suis très contente lorsque tu partages tes jouets avec ta sœur.» Maîtriser les mots pour décrire ses sentiments peut aider un enfant à les comprendre et à les contrôler.

14) Soyez patient lorsque votre enfant essaye de vous dire quelque chose, mais qu’il a de la misère à s’exprimer. Les jeunes enfants ont parfois de la difficulté à trouver leurs mots et à verbaliser ce qu’ils cherchent à exprimer. De nombreux enfants, particulièrement les garçons, vont alors répéter des lettres, des syllabes ou des mots pour y arriver. Lorsque cela se produit, mettez-vous au niveau de l’enfant et attendez patiemment qu’il ait terminé. Quoi qu’il fasse, résistez à la tentation de lui dire «Ralentis et cesse de répéter la même chose.»

15) Lisez, lisez et ne cessez jamais de lire avec votre enfant. Ne passez pas une seule journée sans lui avoir lu au moins un livre, et de préférence deux ou trois. Faites des visites à la bibliothèque un rituel familial. Laissez-le pointer vers des images et dites le mot correspondant. «Montre-moi le toutou.»

16) Aidez votre enfant à découvrir le lien entre le langage oral et le langage écrit. Cette suggestion est en lien avec la suggestion précédente. Avec un enfant d’âge préscolaire, pointez vers les mots-clés. Racontez l’histoire du livre préféré de l’enfant, puis dites-lui «À moins que je ne lise les mots qui sont dans le livre, l’histoire n’est pas tout à fait la même chaque fois que je la raconte.»

17) Apprenez à votre enfant les mots qui servent à remercier, à se faire des amis et à obtenir l’approbation des autres. Existe-t-il dans le langage une expression plus importante que «merci»? Peut-être «s’il te plaît». Ces expressions peuvent être apprises dès le plus jeune âge, et elles doivent être utilisées régulièrement, tant par vous que par votre enfant.

18) Faites avec votre enfant des exercices simples de mémorisation. Depuis des siècles, les enfants adorent les comptines. Aidez-lui à mémoriser ses comptines préférées. Apprenez-lui aussi son nom ainsi que le nom des personnes de son entourage immédiat et de la famille élargie. Lorsque l’enfant approche de ses cinq ans, essayez de lui apprendre son adresse et son numéro de téléphone.

19) N’oubliez pas les chansons. Chantez encore et encore (avec la gestuelle) les chansons préférées de votre enfant. Si cela n’entraîne aucune gêne, laissez-le chanter ses chansons devant les membres de la famille et les voisins.

20) Soyez à l’écoute de votre enfant. Cette recommandation me permet de boucler la boucle, car elle découle de la première suggestion qui vous encourage à répondre à toute expression vocale de votre enfant. Vous ne pouvez lui répondre si vous n’êtes pas à son écoute. Votre enfant ne parlera pas si personne ne l’écoute, et plus particulièrement si vous ne l’écoutez pas!

Ces 20 réponses vous donnent des moyens simples de faciliter le développement du langage chez votre enfant. Vous n’êtes pas obligé de les mémoriser, mais cela ne pourrait vous faire de tort de les relire de temps à autre. Comme votre enfant, qui n’assimile pas du premier coup et qui a besoin de répétition et de pratique pour apprendre, vous devez aussi pratiquer. Ces suggestions fournissent un cadre qui aide les enfants à réaliser pleinement leur humanité, c’est-à-dire la capacité de communiquer efficacement avec leurs semblables. Vous jouez un rôle important dans ce processus.